La dépouille du maréchal Mobutu bientôt à Kinshasa ?

Depuis 1997, le maréchal Mobutu est enterré au cimetière chrétien de Rabat, au Maroc.

En tout cas, beaucoup de Congolais l’espèrent, d’autant qu’une rumeur insistante a été largement relayée, début décembre, sur les réseaux sociaux. Elle porte sur un accord qui aurait été trouvé entre les autorités congolaises et la famille du défunt président, Mobutu Sese Seko, décédé le 7 septembre 1997, à Rabat, au Maroc. En effet, après les obsèques officielles de l’opposant historique Etienne Tshisekedi, père de l’actuel chef de l’Etat, organisées, fin mai, au stade des martyrs, beaucoup d’anciens partisans et des proches du maréchal Mobutu ont interpellé le pouvoir, lui demandant de rapatrier aussi le corps de l’homme fort du Zaïre, inhumé dans un cimetière de la capitale marocaine, loin de sa terre ancestrale.  D’après plusieurs indiscrétions, l’actuel chef de l’Etat, Félix Tshisekedi,  est favorable au retour de la dépouille de son lointain prédécesseur. Mais ce transfert ne peut se faire qu’en accord avec sa famille dont le porte-parole est son fils Nzanga Mobutu. Mais cet ancien vice-Premier ministre – sous le règne de Joseph Kabila – ne s’est pas exprimé publiquement, depuis longtemps, sur le sujet. Après un long de silence, il a adressé cependant, il y a une dizaine de jours, un tweet  pour rappeler simplement l’arrivée au pouvoir de son père,  le 25 novembre 1965. Aucune allusion à un éventuel transfert de sépulture. En revanche, une des filles du maréchal, vivant en Belgique, a confié, pour sa part, que sa famille n’avait conclu, à ce jour, aucun accord avec les autorités congolaises en vue du rapatriement du corps de l’ancien «Léopard du Zaïre».

La rédaction

Bobila Dawa, la veuve du maréchal Mobutu était allée réconforter, en 2017, à Bruxelles, Marthe Kasalu, qui venait de perdre son mari, Etienne Tshisekedi.